Archives de Tag: Ophtalmo-pédiatrie

Le bébé et la toxoplasmose

La toxoplasmose peut provoquer des problèmes de vision très sérieux chez votre enfant. 

 Cette maladie est un parasite qui se loge principalement dans le  cerveau, dont l’oeil fait partie intégrante. Il détruit la rétine et provoque des lésions qu’on appelle chorio-rétinites. Si la lésion est localisée au niveau central de la rétine, qu’on appelle macula, l’enfant sera très gêné pour apprendre à lire et à écrire de cet oeil . Si les deux yeux sont atteints, ce qui est exceptionnel, il sera malvoyant.

La contamination peut avoir lieu  pendant la grossesse.  C’est la raison pour laquelle on fait un dépistage systématique et que la maman est traitée en cas de confirmation du diagnostic. L’enfant peut également contracter la toxoplasmose en mangeant de la viande parasitée (souvent, du cochon). D’où l’importance  d’une alimentation de qualité, particulièrement durant la grossesse.

Dans le premier cas de figure, c’est le pédiatre de la maternité ou de ville qui vous adressera à un ophtalmo-pédiatre. Il faut y aller sans retard car le traitement, à base d’anti-parasitaires et d’anti-inflammatoires, permettra de freiner l’extension des lésions. Dans le second cas de figure, l’enfant ressent une sensation de voile et /ou de baisse de vision. Croyez-le sur parole et courez chez l’ophtalmo pour obtenir un rendez-vous rapide.

Cette maladie peut évoluer par poussées car les traitements ne détruisent pas entièrement le parasite. Il faut être particulièrement vigilant à la puberté où les enfants sont plus fragiles.

Le canal lacrymal bouché: un problème classique chez le nourrisson

Si votre nourrisson a en permanence une larme ou des saletés au coin de l’oeil, mieux vaut le montrer à un spécialiste de l’ophtalmo-pédiatrie. De fait, votre enfant peut avoir le canal lacrymal bouché (parfois appelé par erreur, le canal « lacrymaire » ou « lacrimaire »). Cela peut provoquer des infections récidivantes de l’oeil (des conjonctivites purulentes). Celles-ci ne sont pas douloureuses. En revanche, elles peuvent justifier une exclusion temporaire de la crèche.

Si l’intensité des troubles est importante, les traitements locaux (les antiseptiques vendus en pharmacie, puis les antibiotiques prescrits par les médecins) ne seront pas suffisants. Il faudra sonder le canal lacrymal.

Cette opération, qui nécessite une demi-journée d’hospitalisation, n’est pas plus douloureuse qu’un vaccin. En revanche, elle peut être assez désagréable pour le nouveau-né: dans le bloc opératoire, un aide-opératoire le tient car il ne doit absolument pas bouger. (L’opération se pratique donc sous anesthésie locale jusqu’à 1 an environ.) Parfois, un deuxième sondage est nécessaire, voire une intervention plus compliquée sur les voies lacrymales.

Docteur Dominique Commeau

Pour me poser des questions, vous pouvez:

  • utiliser la fonction « commentaire » de ce blog,
  • m’envoyer un e-mail.

Attention: l’utilisation de ce blog ne saurait se substituer à une consultation avec votre médecin.